A French translation follows an English one.

 

Birth, Extinction, and Gratitude

 

   With Jongsuk Lee’s works of art, one gets to feel the stereotyped order and then a sense of stability which arises from it.

   The structure of the order obeys a certain pattern: a circle at the center, rounded shapes inside the circle, spaced with each other, each of which emanating a feeling of warmness and hopefulness, the circumference of the center circle also tinged with colors of stableness and hopefulness. Another circles surrounding the center one, inside of which the like-shaped small shapes arranged orderly along its orbit. This pattern seems like the internal structure of a seed which protects its life steadfastly. She thinks this is what nature is: that which embraces the warm and hopeful life energy tightly in its firm order; that which is ready to sprout and grow that life at any time; that in which the life energy sprouts its bud and grows it to abundance and beauty. She confesses that from this nature ‘she come to face with the pure, moving truth and discovers a life energy which aims toward a sincere life.’ I once remarked that this energy which she seizes from the nature is ‘the force which cherishes and protects life’, and ‘the creation order really worth looking at.’ The works in this exhibition show such creation order.

   On the other hand, the works in this exhibition shows a different impression than the previous ones. The previous exhibition focused on expressing the life will and its painful experiences to sprout a life and keeps it under the harsh nature; this one focuses on a pliant attitude of accepting that death, parting, sorrow and pain which one bounds to experience in life are a part of process of the order of continuation of creation. Hence, she writes in her notes about this exhibition that she has decided, as the theme of her works, ‘Spring, Summer, Fall, and Winter’, and aimed to express ‘birth, extinction, and gratitude’ she feels from the change of seasons. She is now positively accepting changes that are inherent in the creation order. Hence, ‘cold winter greeted with naked trees without any leaves’ is taken to be ‘a welcoming hope that prepares a coming spring with colors and fragrance after a rest.’ As sung by the poem ‘Beside a Chrysanthemum’ written by a Korean poet Seo Jung Ju, we see a middle-aged mature woman who realizes ‘the reason why the early frost fell on the chrysanthemum last night so dismally and why she couldn’t fall asleep’ is ‘to bloom its four yellow petals.’ Could it be that the reason why the artist pays attention to the four seasons’ change is due to her insight that the changes don’t come to break our familiar life’s order, but just follow the creation order naturally.

 

   Then, how does the artist describe this creation order? In general, an order is apt to give a monotonous and dull impression. It seems little related with artistic creativity. Furthermore, how can one appreciate ‘life force, energy <the author note>, the creation order in which the energy and force work’ which, out of the abstract nature with ‘dots, lines, sides, or simple shapes and colors’, she aims to express? We can achieve that by appreciating the artist’s approach to describing the stable feeling of the order, the ever incessant life energy to maintain that stability, and that, through the changes in color, the creation order is not fixed, but ever-changing. The way of painting the nature changed and created amidst the stable structure is the artist’s unique artistic creativity.

   The structure of nature that the artist describes shows the life’s expandability. The small circle at the center is the life, and the surrounding circles are the circumstance and the world which surrounds the life. A structure in which the life’s energy spreads out all directions and interacts with the surrounding world, generating its changes. This change of the structure increases the dynamic nature of the order structure with the change of colors. Particularly, the change of the colors of the circles surrounding the small center circle vividly expresses the dynamic nature of the movement of the life force. While the circle and colors at the center exhibit little seasonal changes or movements, the color of the surroundings does. For example, the spring nature scene is painted as the strong energy of life spreading out in all directions; the summer nature scene as the energy of stability and growth concentrating deep inside while sprouting out the light colored leaves in all directions. When the fall begins, the surrounding world suppresses its own individuality and mixes with itself generating a fantastically beautiful world, and in winter, it effaces itself, making the warm life energy at the center stand out. Through this beautiful change of colors, the artist describes the beauty of the nature where the lives surrounding her respond and conform to the creation order.

   What’s worth more to pay attention to is the never-ceasing movement which maintains the creation order. The small icons in the circles surrounding the centre circle are not arranged with no purpose in mind. Those things, the sizes of which change according to their location, give the impression that they are moving orderly toward the same direction. As much as the artist’s exactness to draw movements of so many shapes, so is their movements’ persistence. They move along the predetermined trajectory, not straying off from the order. Like the blood flowing through the blood vessel and keeping the life alive, from the movements, we feel the life’s persistent will and perseverance to obey the creation order. The artist’s will, perseverance and devotion painting the movements of the small icons gives us an image of somebody who religiously tries to understand and express the human nature in which resides the nature where the stable creation order is maintained. Isn’t it the image of the nature that the artist wants to create and share with us?

 

   From this nature, all creatures come to life and get consolation. The artist, though she feels ‘heart-broken and pity’ when she thinks the fresh blooming flowers of plum trees will fall and disappear in time, also gets comfort and gratitude for the days she spent with them <the author note>. That is why she continue to do her painting work.

 

Kwangyong Lee (Poet / Ph.D. in Literature / Professor of Suwon Women’s University)

______________________________________________________________________________________________________________

Creation, extinction et gratitude

 

 

   Lorsque nous apprécions les oeuvres de Jongsuk Lee, nous ressentons d’abord l’ordre standardisé et l’impression de stabilité qui vient de cet ordre.

 

   Cette structure ordonnée suit un certain style. Il y a un petit cercle central, et à l’intérieur, des formes rondes donnant une sensation de chaleur et d’espoir, ellessont rassemblées à une distance appropriée. La bordure de ce cercle a également une couleur qui donne stabilité et espoir.  Ainsi, il y a un autre cercle autour, et dans ce cercle, de petits modèles de la même forme sont disposés de manière ordonnée, suivant l’orbite du cercle. Ce style prend l’aspect d’une structure dans une graine qui maintient sa vie solide. L’artiste pense que cette apparence est la nature. C’est un monde qui embrasse l’énergie de la vie chaleureuse et pleine d’espoir dans un ordre solide, un monde prêt à germer et à évoluer à cette vie à tout moment, un monde où l’énergie de la vie dans une graine germe et grandit en l’enrichissant et l’embellissant. Elle (artiste) déclare, dans cette nature « faire face à la pure vérité qui m’impressionne et découvrir l’énergie vers une vie sérieuse». Je me cite :« que l’énergie qu’elle capte dans la nature est ‘le pouvoir de chérir et de protéger la vie’ et ‘un grand ordre de création agréable à présenter’. » Les oeuvres de cette exposition témoignent également d’un tel ordre créatif.

 

   Cependant, les oeuvres exposées cette fois sont légèrement différentes des oeuvres précédentes. Alors que les oeuvres précédentes donnent un sentiment de volonté de créer et de protéger la vie dans l’ordre naturel, et de concentration sur la douleur ressentie par cette volonté, cette fois-ci, elle se concentre sur l’attitude adaptative selon laquelle la mort, la séparation, le chagrin et la douleur vécues dans la vie sont également un processus de flux d’ordre qui continue la création.

Dans sa note d’intention, le thème d’oeuvre de l’exposition a été choisi comme « Printemps, été, automne et hiver », et le fait qu’elle ait voulu également exprimer « création, l’extinction et la gratitude » reflète clairement cette intention. C’est accepter positivement les changements contenus dans l’ordre créatif. Par conséquent, « l’hiver froid accueille avec des branches nues après avoir laissé tomber toutes les feuilles », c’est accepté comme « l’espoir d’un nouveau printemps qui fait une pause et prépare des couleurs et des parfums ». Comme le poème « À côté du chrysanthème » de Jeong-ju Seo, nous voyons la figure d’une femme mûre qui prend conscience « la nuit dernière, un tel gel est tombé que je n’ai pas pu

dormir » de sa raison « pour que tes pétales jaunes (chrysanthèmes) s’ouvrent ». L’artiste porte une attention particulière aux changements du printemps, en été, en automne, à l’hiver, c’est peut-être à cause de la prise de conscience que le changement des saisons semble briser l’ordre familier de la vie, mais en effet, il suit naturellement l’ordre créatif. S’il en est ainsi, comment l’artiste exprime-t-il cet ordre créatif ? D’une manière générale, l’ordre donne un sentiment de monotonie et d’ennui. Cela semble loin de la créativité artistique. De plus, comment pouvons-nous ressentir  « l’énergie et le pouvoir de la vie (note d’intention de l’artiste) »  que l’artiste veut puiser à travers la nature abstraite qu’elle exprime en points, lignes, plans ou formes et couleurs simples ainsi que cet ordre créatif dans lequel cette énergie et ce pouvoir agissent ? Nous ressentons dans la manière de l’artiste de montrer que c’est l’ordre créatif qui se déroule dans l’ordre, ce n’est pas figé mais changeant. C’est à travers la stabilité de l’ordre que l’artiste montre, l’énergie diligente de la vie pour maintenir cette stabilité, et le changement de couleur. La créativité artistique unique de l’artiste peut être un moyen d’exprimer la nature qui est créée en changeant au sein d’une structure stable.

 

   D’où vient le pouvoir de faire en sorte que l’oeuvre de l’artiste ait la même structure ordonnée sans être monotone ou ennuyeux ? Ce pouvoir réside dans la persévérance et la volonté vers la vie, et un mouvement constant pour maintenir un bel ordre créatif et une sérénité. Là, nous découvrons la nature soignée qui donne stabilité, paix et espoir, ainsi que sa propre patience et la persévérance de l’artiste pour maintenir et exprimer cette nature dans un état bien ordonné.

 

   La structure de la nature exprimée par l’artiste montre l’extensibilité de la vie se répandant dans toutes les directions. Le petit cercle au milieu est la vie, et le cercle qui l’entoure est l’environnement et le monde qui entoure la vie. Elle montre la structure dans laquelle l’énergie de la vie est dirigée dans toutes les directions et le monde autour change tout en communiquant avec le monde autour. Ce changement structurel ajoute au dynamisme de la structure ordonnée par le changement de couleur. En particulier, le changement de couleur autour (‘Autre’) du cercle central (‘Je’) faisant ressortir les caractéristiques du mouvement de la

force vitale. Selon la saison, le cercle central et la couleur du centre ne montrent aucun changement ou mouvement significatif, mais la couleur environnante change à chaque saison. Par exemple, un paysage printanier dans la nature révèle l’énergie profonde de la vie se répandant vers l’extérieur, tandis que le paysage estival de la nature est dessiné sous la forme de nouvelles feuilles de couleur claire qui fleurit dans toutes les directions, concentrant l’énergie de stabilité et de croissance du plus profond de l’intérieur. Dès l’automne, le monde qui les entoure tue leur individualité et se mélange pour créer un monde qui s’harmonise comme un fantasme, en hiver, il s’efface complètement et seule l’énergie chaleureuse de la vie au centre est mise en valeur. À travers ces changements de couleurs, l’artiste exprime la beauté de la nature de telle manière que la vie qui l’entoure, répond et

se conforme à l’ordre créatif.

 

   Ce qui est plus remarquable, c’est un mouvement assidu qui maintient cet ordre créatif. Les petites icônes dans le cercle entourant le cercle central ne sont pas simplement disposées. Celles-ci, varient en taille et en fonction de leur emplacement, elles donnent l’impression de se déplacer vers un lieu de manière ordonnée selon une structure ordonnée. Le mouvement des formes est aussi intense que la minutie de l’artiste à dessiner les mouvements de nombreuses petites formes. Elles ne dévient pas des règles, elles se déplacent le long d’une orbite définie. Tout comme le sang dans le corps se déplace diligemment le long

des vaisseaux sanguins pour maintenir la vie, dans un tel mouvement, nous ressentons la persistance féroce et la volonté de vie qui suivent l’ordre créatif. La persistance, la persévérance et le dévouement de l’artiste à dessiner de petites formes avec des mouvements assidus rappellent la pratique d’un méditant pour comprendre et exprimer la nature humaine, dans une belle nature où un ordre créatif stable est maintenu. N’est-ce pas cet aspect de la nature que l’artiste souhaite créer et partager ?

 

Lee Gwang Yong (Poète / docteur ès Lettres / professeur à l’Université pour Femmes de Suwon)